Le découragement : vers un acte positif (ou pas) !

Nous prenons tous de grandes décisions, des décisions qui demandent de la volonté, de l’effort, de l’engagement envers soi-même ou envers les autres. Cela peut être de perdre du poids, de gagner une promotion dans son travail, d’acheter une belle maison, de déménager à la campagne, de monter sa propre entreprise…

Une fois la décision prise, nous avons une phase d’enthousiasme, nous croyons que tout est possible, nous avons une énergie de folie, des solutions apparaissent, des actions inspirées se mettent en place, nous contournons les obstacles dans le flow… Bref, c’est une phase où l’on se sent épanoui, on a l’impression de soulever des montagnes, on est sur un petit nuage.

Mais au bout de quelques jours, semaines ou mois,  un obstacle plus gros que les autres, des résultats qui se font attendre, une remarque d’une personne qui raisonne fort en nous, nous font trébucher.  S’en suit alors une phase de démotivation, de ras le bol, de questionnements, de négativité. On se dit qu’on n’y arrivera jamais,… on a envie de tout laisser tomber,… on se sent nul,… on se sent seul au monde… bref, on remet en cause notre décision.

decouragement-vegetarien
Je me rappelle que lorsque je suis devenue Veggie, je rayonnais ! Je me sentais une héroïne, je sauvais les animaux, je sauvais la planète,  je prenais soin de ma santé… je découvrais de nouvelles recettes, de nouveaux aliments, de goûts… j’avais un tel enthousiasme… et puis au fur et à mesure des semaines, les remarques de ma famille, l’arrivée d’un nouveau travail qui impliquait que j’avais moins de temps pour cuisiner, la lassitude de devoir faire tous les jours deux menus différents (un avec de la viande pour mon chéri et mes enfants et un « sans » pour moi), etc etc, m’ont amené à me décourager. Je me disais que  mon action était si minime pour la planète et pour les animaux. Je me demandais si c’était si bien que ça pour ma santé. Je commençais à ne plus prendre plaisir à manger, je m’isolais socialement… bref je commençais à douter sérieusement de ma décision.

Pourquoi je vous raconte ça aujourd’hui ?

« Tout simplement parce que ces moments de doute sont des moments « bénis » de la vie. »

On n’en apprécie bien souvent pas le positif à ce moment-là, mais c’est là où l’on va vraiment aller au fond de son âme, où l’on va vraiment aller vers une meilleure connaissance de soi, c’est le moment d’être honnête avec soi-même, c’est le moment de se reconnecter à ses besoins (ils ont peut-être changé depuis la prise de la décision), c’est le moment de choisir de donner un coup de pied pour remonter (ou non).

Voilà tout un tas de questions à se poser et auxquelles il faut trouver des réponses sincères.

  • Est ce que ce but que je m’étais donné est toujours important pour moi ?
  • Qu’est ce que cela va m’apporter si j’y arrive ?
  • Quels sont les moyens que je me donne pour y arriver ?
  • Vais-je abandonner ?
  • Est ce que si j’abandonne, je vais me décevoir ?
  • Vais-je être quand même fière de moi d’être arrivée jusque là ?
  • Et si je continue, que vais-je mettre en place pour que cela aille mieux ?
  • Etc etc…

C’était en octobre 2015. Cela faisait un an que j’étais végétarienne et je me suis donc posée cette question : « Est ce que je veux toujours être Veggie ? ». J’ai pris le temps d’y répondre avec sincérité. Je ne me suis rien cachée, rien épargnée… Je savais que de cette décision, tout dépendait : mes relations avec ma famille, mon travail, mon engagement vis à vis de la planète, et des autres êtres la peuplant, ma santé, etc…

De ce moment de découragement intense est née une magnifique décision : J’ai pris la décision de quitter mon travail, de prendre du temps pour devenir une veggie épanouie et de partager ensuite mon expérience et mes astuces.

De ce moment de découragement est  née une véritable mission de vie. Aujourd’hui je suis fière d’être Veggie Coach, j’ai déjà accompagné plus de 50 personnes dans leurs démarches végétariennes. Deux ans plus tard,  je suis épatée de tout ce que j’ai construit alors que j’étais à deux doigts de tout arrêter !

De ce moment de découragement est née une femme plus épanouie, plus alignée à ses convictions de bienveillance et de non violence, une femme forte qui change « son » monde, qui impacte sur le monde…

Aujourd’hui, je vis un autre moment de découragement intense. Cela m’a fait du bien de me remémorer mon passé, et de partager ma prise de conscience avec vous. Je sais à présent, ce que je veux, et ce qui est juste pour moi.

Et vous ? Qu’avez-vous fait de vos moments de découragement ?

Végétalement vôtre,

Anne

PS : Si vous êtes découragé dans votre transition de végétalisation de votre alimentation, je peux vous accompagner dans votre démarche. L’accompagnement Go Veggie est un accompagnement individuel de  rendez-vous d’une heure (via Skype ou en Direct sur le marmandais). Nous déterminons ensemble vos besoins et ce que je peux vous apporter : culinarité, aspect social, remotivation, conseils nutritionnels, etc…

banniere-go-veggie-8

Share

Chapitre 1.7 : Moments de découragements et de faiblesses

Cher néo-veggie, aujourd’hui, nous allons voir comment aborder les moments de découragements, les moments de faiblesses.

Oui, il est fort à parier que dans votre nouvelle vie de végétarien, vous allez manger intentionnellement ou non, un morceau de poulet, un peu de gélatine, etc… Vous allez avoir des périodes de découragements ou même une volonté passagère (ou non) d’arrêt complet de ce mode de vie.

N’oubliez pas que l’engagement que vous avez pris est personnel, le fait d’avoir mangé un aliment carné, ne vous causera pas d’ennui de santé, la planète ne s’arrêtera pas de tourner, ce n’est vraiment pas la peine de vous fustiger pendant des jours et des jours… Et votre chemin est toujours aussi beau et noble…

 Allez rassurez-vous, il n’y a pas de problème sans solution !

Si la vidéo se coupe, mettez la en pause et attendez quelques instants avant de la relancer.

Logo_pdf

Exercice :

Dans ce chapitre, je vous demande d’identifier vos blocages, vos peurs, les situations où vous n’êtes pas à l’aise, vos aliments addictifs, etc… bref, vos faiblesses qui pourraient vous faire « tomber » du côté obscur de la force ?

Identifiez de façon très précise, ce qui pourrait vous faire redevenir ou rester omnivore ?

Partagez dans les commentaires, vos faiblesses et les actions que vous mettez en place pour y remédier.